AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 "J'veux voir du mouvement" [Liste]

Aller en bas 
AuteurMessage
Synélia
Squatteur Bavard
Squatteur Bavard
Synélia

Nombre de messages : 66
Age : 27
Localisation : En train de courir derrière kao avec une épée =D
Date d'inscription : 27/08/2008

"J'veux voir du mouvement" [Liste] Empty
MessageSujet: "J'veux voir du mouvement" [Liste]   "J'veux voir du mouvement" [Liste] Icon_minitimeMar 23 Sep - 0:26

"J'veux voir du mouvement !"

[A toi, Damien. Tu me manque, petit loup]

Samantha s’arrêta devant la porte, farfouillant dans ses poches pour y trouver le double des clés que lui avait fournit sa meilleure amie, suite à une engueulade musclée.
Du moins aussi musclée qu’il était possible pour Séraphina.
Ça devait faire à peu près trois semaine qu’il était partit.
Séraphina était sûrement celle qui avait le moins bien réagit. Elle avait été celle qui l’avait vu mourir. Celle qui l’aimait le plus, aussi, de toute évidence.
Son départ avait été difficile pour elle. Plus que difficile, impossible, même.

Après avoir piqué une crise de colère ravageant tout sur son passage, elle s’était effondrée.
Brisée jusqu’à la moelle.
Du jour au lendemain, elle avait cessé de venir aux rendez-vous qu’ils se donnaient pour se serrer les coudes dans sa disparition. Trois jours étaient passés, puis Samantha, inquiète, avait finit par se rendre chez elle, un samedi après-midi.
Sa mère lui avait dit qu’elle passait toutes ses journées dans son lit, mangeant à peine.


***
Flash Back

La chambre de Séraphina était plongée dans le noir, stores fermés, sa propriétaire enfouie sous les couvertures. Au début, elle pensait qu’elle tremblait de froid, en voyant les couvertures bouger légèrement.
En réalité, elle hoquetait, les joues inondées de larmes, l’oreiller trempé.
Ça devait faire des heures qu’elle pleurait comme ça, si ce n’était pas des jours.
Samantha eut un pincement au cœur. Elle arrivait encore à supporter la douleur, parce que David était là. Mais Séraphina, elle n’avait personne d’autre qu’elle-même.
Damien était son meilleur ami, son âme sœur aussi. Il n’y avait qu’à les regarder pour s’en rendre compte. Même si eux ne le savaient pas.

- Ma pauvre Séra…

Quelques hoquets lui répondirent. Difficile de ne pas en interpréter le sens.
Il fallut plusieurs minutes et mouchoirs d’affilés pour que Séraphina puisse enfin ouvrir la bouche. Sa voix était erraillée, rauque, d’avoir tant étouffé ses cris de chagrins dans l’oreiller depuis ces quelques jours.

- Ça fait mal, Sam… si tu savais comme ça fait mal…

En un instant, Samantha fut décidée. Elle secoua la tête, puis finit par demander à son amie si il lui serait possible de lui prêter un double des clés de la maison.


***

Ah. Enfin.
Sortant les clés de sa poche intérieur de veste, la jeune fille ouvrit la porte d’entrée de l’appartement ou vivait sa meilleure amie avec sa mère et son grand frère – tous les deux partis au travail – et se dirigea directement vers sa chambre.
Elle était plongée dans le noir. Encore une fois.
Ouvrant les stores, arrachant du même coup un grognement à son amie, elle lui lança :

- Aller, debout ! Hop, hop hop ! J’veux voir du mouvement ! Du mouvement ! Plus vite que ça ! Séraphina, lève toi je te dis !

La Séraphina en question grogna, essayant vainement de récupérer la couverture que son amie venait de lui voler. De mauvaise grâce, elle finit quand même par se lever. Pour se voir automatiquement fourrager un yogurt a la fraise dans les mains.
Samantha savait qu’elle ne mangeait presque plus. Ça devait être normal.
La jeune fille, d’après ce qu’elle pouvait voir devant elle, ne devait plus dormir énormément, ne mangeais plus non plus, et n’avais pas prononcé un mot depuis un bon moment.

Elle souffrait. Et sa souffrance lui faisait vraiment mal.
Des fois, quand elle venait dans la chambre de son amie, elle la retrouvait assise sur son bureau, près de la fenêtre, à observer le ciel ou les nuages.
Elle avait un air absent qui lui faisait peur, durant ces moments là.
Elle lui avait déjà demandé, une fois, si elle comptait le… rejoindre.

Sa seule réponse, une des rares phrases qu’elle avait prononcé durant ce moment là, était qu’elle ne voulait plus vivre, mais que la mort ne l’intéressait pas non plus, si c’était sans lui.


***

Durant ces deux mois de grandes vacances scolaires, Samantha se leva tous les matins pour encourager son amie à ne pas se laisser dépérir, à se relever petit à petit.
Elle ne voyait que rarement des améliorations. Elle parlait toujours aussi peu.
Et puis un jour, en arrivant, elle trouva le lit vide. Affolée, Sam avait alerté David, son frère.
Ils l’avaient cherchée toute la journée. Et l’avait retrouvé, en fin d’après-midi.
Sur sa tombe.
Elle était là, silencieuse, assise devant l’arbre qui servait de pierre tombale, sans un mot, sans un geste. En dehors du temps, perdue dans des pensées qu’elle était la seule à connaître.

Les trois étaient restés longtemps, là. Aucun d’eux n’auraient pu dire combien de temps.
Mais au bout d’un moment, sans rien dire, elle s’était relevée.
A partir de ce moment là, elle avait recommencé à vivre. Elle riait à nouveau, même si c’était plus rare, et laissait même des sourires vagabonder sur son visage.
Pourtant les deux jumeaux savaient bien qu’un jour ou l’autre, elle aurait pu à nouveau se briser, comme une poupée de porcelaine qu’on jetterait violemment au sol…

Thème associé : 6. Dépression
Revenir en haut Aller en bas
http://nacrymiya-sanctuary.fr.nf
 
"J'veux voir du mouvement" [Liste]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] Modifier l'écran "liste rapide" (appuie long bouton raccrocher)
» [2000pts, milieu amical "dur"] liste testée à améliorer
» Ma maison, ma rue, mon quartier
» Tableau que j'apprécie: La Joconde.
» [INFO] Nouveau produit des plus utiles le StuckBuddy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vos arts personnels :: Aux arts citoyens! :: Littérature :: Vos histoires :: Histoires de Synélia-
Sauter vers: